L’Agence du numérique est partenaire de Super demain dans le cadre de sa mission d’impulser et de soutenir des actions préparant la société française aux révolutions numériques, en accompagnant les écosystèmes territoriaux publics et privés et menant des actions de terrain ciblées et concrètes.
Entretien avec Orianne Ledroit, directrice du pôle Société Numérique.

Orianne Ledroit

Vous intervenez auprès d’un éco-système de partenaires pour favoriser « l’émergence d’une société numérique innovante et inclusive ». Pouvez-vous nous en dire plus sur ce programme d’actions et sur les raisons qui poussent l’Etat à intervenir en la matière ?

L’Agence du Numérique met en œuvre le programme Société Numérique pour favoriser l’autonomie et la capacité de tous à saisir les opportunités du numérique et pour accompagner la transition des territoires.

Cette action de l’Etat trouve sa raison d’être dans le constat suivant : alors le numérique porte une dynamique foisonnante, il n’est pas naturellement source de progrès ni d’émancipation pour tous. Bien au contraire, il renforce des fractures existantes tout en faisant émerger de nouvelles inégalités et inquiétudes. L’Agence du Numérique intervient donc, aux côtés des collectivités locales et acteurs des territoires, pour favoriser l’accompagnement et l’appropriation par tous des outils, cultures et compétences numériques.

L’écosystème des acteurs du numérique (source : Agence du Numérique)

Comment adressez-vous le public jeune ? Avec quels intermédiaires ?

Concernant le public jeune, Le programme Société Numérique de l’Agence du Numérique soutient par exemple le programme européen « Safer Internet » en faveur des enfants et des adolescents. Celui-ci a pour vocation de leur donner les moyens de maîtriser Internet en mettant en place des actions de sensibilisation (Internet Sans Crainte), des lignes d’écoute (NetEcoute) et des services de signalement des contenus illicites et préjudiciables (Point de contact).

Outre ce programme pour le public jeune, le programme Société Numérique porte une action plus globale de soutien et de valorisation des initiatives locales, autour d’un triple axe d’intervention :

1- #Outiller en mettant à disposition des collectivités et acteurs de la médiation numérique des ressources, données et savoirs pour soutenir les politiques numériques territoriales dont celles engagées en faveur des jeunes

2- #Structurer les acteurs de la médiation numérique (par la création d’une société coopérative d’intérêt collectif La MedNum) et les stratégies numériques territoriales,

3-  #Accélérer la montée en compétence numérique de la population en expérimentant notamment un dispositif de chèque numérique pour rendre les ateliers d’accompagnement au numérique plus accessibles.

Pouvez-vous présenter la Coopérative MedNum ? En quoi cette initiative est-elle novatrice ?

La coopérative d’intérêt collectif La MedNum est une structure nationale en cours de création qui regroupe les acteurs de la médiation numérique dans leur diversité (lieux, associations, collectivités, fondations…). Aujourd’hui, 40 structures ont rejoint la MedNum, et 80 ont exprimé leur souhait de devenir sociétaires. Il s’agit avant tout de faire émerger des communs au service de la montée en compétence numérique de la population et de la transition des territoires. Les 3 objectifs principaux de cette coopérative sont les suivants 1) fournir des services aux membres (centrale d’achat, appui stratégique, place de marché), 2)  favoriser la montée en charge et l’essaimage de projets locaux innovants et 3) représenter les acteurs.

Cette initiative est novatrice dans sa forme. Constituée comme société anonyme, la MedNum allie modèle économique entrepreneurial et sanctuarisation de la dimension d’utilité sociale des actions de médiation numérique. Elle est aussi une forme inédite d’intervention pour l’Etat qui en devient sociétaire.

Quelles sont les raisons de votre soutien à Super demain ?

Super Demain est un événement de qualité tant par la diversité des thématiques traitées que par la richesse des acteurs mobilisés et ateliers proposés. Ayant participé à la dernière édition, j’avais aussi constaté l’attrait des publics lyonnais, toutes générations confondues. Il est important pour nous de soutenir cet événement régional qui participe activement et positivement à la diffusion des cultures numériques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *